Une battue comme on les aime !


Samedi 10 Décembre 2011, les Jeunes Chasseurs du Morbihan se sont réunis pour participer à une battue aux grands gibiers dans une commune du Nord-Ouest du département. 18 adhérents étaient présents. Récit d’une journée mémorable !!

Le RDV est fixé à 8h dans le bourg de la commune. Chacun s’est organisé pour faire du covoiturage car peu d’adhérents sont du secteur où nous allons chasser. Assez surpris par la température négative, les premiers arrivés décident d’aller boire un café dans un bistrot de la commune pour bien se réchauffer. Nous sommes rapidement rejoints par les retardataires. Après ce café bien mérité, nous nous rendons au RDV de chasse. Nous y sommes accueillis très chaleureusement par les chasseurs locaux. Après avoir signé le carnet de battue, nous écoutons attentivement les consignes de sécurité du chef de battue. Aujourd’hui, nous avons le droit de prélever deux chevreuils, les sangliers et bien évidemment les renards.

Nous sommes pris en charge par un chef de ligne. Nous arrivons sur le territoire de chasse. Il s’agit d’une belle vallée assez longue et pas très large entrecoupée par un ruisseau. Le territoire est très vallonné et vraiment magnifique. De plus, nous sommes en présence d’un soleil étincelant et d’une belle gelée matinale.

 

 

Nous sommes placés par notre chef de ligne. Quelques minutes plus tard, tous les postés sont prêts. La battue peut enfin commencer. Les deux jeunes piqueux lâchent la meute composée de beagles harriers et d’anglo-français. A peine parti que c’est déjà lancé, en l’occurrence un renard. Au même moment, un sanglier se dérobe. Il traverse la ligne. Un chasseur local lâche une balle, fatale à ce beau sanglier d'environ 60kg. Pendant ce temps-là, les chiens chassent très fort derrière le renard, mais malheureusement celui-ci débuche. Les chiens seront récupérés 45min plus tard. Nous aurons quand même eu le plaisir d’entendre cette belle menée et admirer les chevreuils se dérobant devant nous, ainsi que quelques beaux vols de ramiers.

Après avoir récupéré les chiens, les piqueux retournent dans la même traque, mais les chevreuils ne sont plus là. Ils se sont tous dérobés lorsque les chiens chassaient le renard. Seul un lièvre sera chassé quelques instants par la meute. Nous décidons donc de faire une autre traque, en l’occurrence le côté droit de la vallée. Mais là encore les chevreuils ne sont pas au rendez-vous. L’heure du repas approche. Mais le chef de battue nous conseille de faire une petite traque avant la pause syndicale. C’est un petit marais. Encore une fois, les chiens sont à peine lâchés qu’un renard se dérobe. Mais celui-ci est stoppé dans sa course par un magnifique coup de fusil de Joffrey. Son premier renard en tant que chasseur. Il sera félicité de nombreuses fois. Par la suite, un lièvre sera levé par les chiens mais toujours pas de "capreolus capreolus" en vue.

Après une pause déjeuner bien méritée, chez Marie Odile, propriétaire d’un bar de la commune, nous commençons une nouvelle traque, à première vue très intéressante. Il s’agit d’une belle sapinière suivie d’un petit bois de ronces assez marécageux. Vers 15h, tout le monde est posté. La traque peut donc commencer. Les chiens exercent un bon travail de quête mais les chevreuils ne sont toujours pas au rendez-vous. Les chasseurs locaux en déduisent que les bécassiers sont passé par là le matin et qu’ils ont fait fuir les chevreuils. Il commence à se faire tard, mais nous décidons de faire une dernière traque avant la fin de la journée.

Les chasseurs de la commune nous dirigent vers une jolie vallée où les chevreuils sont nombreux. Les jeunes chasseurs se postent plus motivés que jamais. Les piqueux lâchent les chiens. Quelques minutes plus tard, les animaux sont levés et ça "crie" très fort !!! Rapidement les chiens se séparent pour former deux chasses. Soudain, quelques mètres devant moi, j’entends les ronces craquer. Une belle chevrette sort en plein champ. Je l’épaule puis je tire. Premier coup trop derrière, deuxième coup elle s’effondre. Les chiens arrivent rapidement à la mort. Une belle menée et un bel animal, cela fait toujours plaisir. Pendant ce temps, l’autre partie de la meute continue sa belle menée. Quelques minutes plus tard, un coup de feu retentit. Un deuxième chevreuil est prélevé par Vincent. Il s’agit d’un jeune brocard. Félicitation à lui ! Bravo aux tireurs et aux piqueux, sans oublier les chiens qui ont accompli un travail exceptionnel !

 

 

 

Après avoir pris quelques photos de groupe pour immortaliser cette journée mémorable, nous nous dirigeons donc chez Marie Odile pour la remercier de nous avoir préparé le repas du midi. Nous remercions l’ACCA qui nous a accueillis sur son magnifique territoire, où tous les jeunes ont passé une excellente journée.